Les étapes du projet



Le dossier de candidature à la création d’un parc naturel périurbain a été déposé par le Canton de Vaud auprès de la Confédération en février 2015, avec l’accord formel des treize Municipalités membres de l’association Jorat, une terre à vivre au quotidien.

Fin août 2015, les discussions se sont poursuivies avec l’OFEV pour aboutir, à l’automne, à un avis favorable de la Confédération pour la période 2016-2019.

Démarrage du projet

Début 2016, une convention programme a été signée par Mme Jacqueline de Quattro, cheffe du Département du territoire et de l’environnement, qui précise les montants alloués au projet de création d’un parc naturel périurbain par la Confédération, le Canton et les Communes. La signature de cette convention a permis l’engagement d’une équipe de projet chargée de concrétiser ce projet de parc naturel périurbain.

Début de la phase de création

La phase de création a débuté en 2016 avec l’engagement d’une petite équipe de projet.

Les priorités de l’équipe de projet sont rythmées par les objectifs du plan de gestion 2016-2019 et de ses fiches de projet d’une part, et par les indicateurs figurant dans la convention de subventionnement du Canton d’autre part.

Pour cette phase de concrétisation, les objectifs généraux sont les suivants:

  • Elaboration d’une charte et votation de celle-ci par les législatifs communaux d’ici à 2019
  • Elaboration et gestion de la gouvernance du projet et du futur parc
  • Définition des contours du futur parc, notamment des zones centrales et de transition
  • Promotion des patrimoines naturels et culturels
  • Valorisation durable et promotion régionale de la ressource bois
  • Développement de projets de recherche
  • Gestion des flux des visiteurs et développement d’un concept de portes et de mobilité du futur parc
  • Organisation d’événements publics et d’animations pour les enfants et les familles
  • Communication et promotion générale du projet auprès des publics cibles

Définition des contours du Parc

La définition des zones centrale et de transition sont la priorité du comité. En effet, le futur parc sera composé d’une réserve naturelle de 440 hectares, dite zone centrale, dans laquelle les activités de loisir et d’exploitation forestière seront limitées. Aux pourtours, la zone de transition accueillera les projets du parc en termes d’accueil du public, d’exploitation sylvicole ainsi que de valorisation du patrimoine culturel.

Points d’information des Communes membres

L’association effectue en 2017 une démarche d’information auprès des communes membres. Ces visites permettent un lien direct entre l’association et les exécutifs et législatifs communaux.