Entretien avec Daniel Ruch

Décembre 2015


M. Ruch

Quel est l’avis de l’entrepreneur forestier s’agissant du projet de création d’un parc naturel périurbain (PNP) dans le Jorat?

Pour l’entrepreneur forestier que je suis, cela suscite en moi la crainte de perdre une partie de la matière première qu’est le bois et des conséquences que cela aurait sur mon entreprise.

Et quel est le point de vue du syndic et du député que vous êtes?

La création d’une réserve permettrait aux communes de réaliser les objectifs des politiques publiques voulues tant par la Confédération que par le Canton. Selon moi, cela a plus de sens de se mettre ensemble pour créer une grande réserve plutôt que chaque commune crée des petites réserves, sans lien entre elles. En travaillant ensemble, les propriétaires publics pourront canaliser le public toujours plus nombreux dans les forêts du Jorat.

Et pour le membre du conseil d’administration de la Forestière?

Pour la Forestière il faut admettre qu’il y aura une perte d’une part des volumes de grumes (env. 5’000 m3). Mais l’idée de développer un projet autour de la promotion durable et de la valorisation locale de la ressource bois a un intérêt.

Qui seront les bénéficiaires d’un PNP et en quoi consisteront ces bénéfices?

La faune, les écosystèmes, la population, les générations futures. Avec un parc, les communes disposeront des outils pour organiser ensemble les fonctions sociales et écologiques de la forêt dans la perspective de la croissance démographique prévue dans l’agglomération lausannoise. Il est très important d’assurer une information régulière de la population et des autorités politiques en attirant l’attention sur le fait qu’il y a une obligation de créer des réserves, qu’un parc naturel périurbain doit être créé à proximité d’une grande ville, de mettre en évidence les avantages et de prendre en compte les peurs.

Daniel Ruch

Entrepreneur forestier, député, syndic, administrateur de la Forestière

«Selon moi, cela a plus de sens de se mettre ensemble pour créer une grande réserve plutôt que chaque commune crée de petites réserves.»